Illustratrice à seize heures

Où tu vœux, quand tu vœux

Voici les cartes de vœux pour l’année 2017 à venir. Il y en a neuf différentes. Neuf comme « An neuf ». Ca vous en bouche un coin, hein ?

0

#1: Le traditionnel bisou sous le gui. Profitez de l’occasion rêvée pour y amener votre bien-aimé(e)

carte-de-voeux-1

#2 : Décorer le sapin, c’est entrer avec félicité dans la période des fêtes. (Enfin, félicité pour ceux qui n’ont pas peur de se planter des aiguilles dans les doigts)

carte-de-voeux-2

#3 : Une maille à l’envers, une maille à l’endroit…Un petit tricot de derrière les fagots, voilà une activité ressourçante (enfin, pour ceux qui n’ont pas peur de se planter des aiguilles dans les yeux, ni de s’emberlificoter dans les fils)

carte-de-voeux-3

#4 : Une petite boisson chaude et réconfortante en ces frimas ? Un joli thé vert fera l’affaire (possibilité d’y ajouter une rasade de gin pour ceux qui préfèrent les sensations fortes)

carte-de-voeux-4

#5 : Tendresse, chaleur et passion. Autant de petits bonheurs à vivre en famille, au sens strict ou élargi…

carte-de-voeux-5

#6 : La main à la pâte, la patte prête à plonger dans les délices sucrés. Au programme : gourmandise et créativité.

carte-de-voeux-6

#7 : Sculpter ensemble un bonhomme de neige au nez vitaminé, quelle activité rafraîchissante ! (surtout pour ceux qui ont oublié leurs moufles)

carte-de-voeux-7

#8 : Se relaxer dans une tasse bien sucrée. Que demander de plus pour cette année 2017 ? Et si en plus on souffle dans une paille, cela promet une année bouillonnante …

carte-de-voeux-8

#9 : Lire. S’évader dans les pages. Ecouter. Se laisser bercer encore et encore par le murmure des mots, par les histoires qui s’échangent, bien lovés dans le canapé.

carte-de-voeux-9

Illustratrice à seize heures·Non classé

Marché de Noël (à Molécule)

(Je sais, le titre de cet article mérite la mention « pour public averti », et ceux qui en comprendront la référence sont plus à plaindre qu’à envier)

Aujourd’hui dans ce blog, il sera question de marchés de Noël.

strasbourg_marche_historique_580

Tout le monde adore les marchés de Noël. Mais pourquoi Diantre ? Alors que ça craint le boudin. (Mais je dois bien l’admettre, il y a un tas de choses qui semblent faire l’unanimité auprès de mes congénères et qui me laissent de marbre comme : les chatons, les tasses de café, les bébés, les dauphins, le lâcher-prise et les cupcakes).

img188

Quand j’étais une illustratrice fauchée et que je rêvais de faire fortune avec mes dessins, j’ai participé à quelques marchés de Noël et ça n’avait rien de drôle, vous pouvez me croire.

  • Ils se déroulent toujours dans un hall de gym pas chauffé, ou pire, à l’extérieur.
  • Ton week-end entier est dévoué à cette cause et tu passes ton temps à :
  • Souffler dans tes mains pour ne pas perdre un doigt (pas grave, il y en a neuf autres)
  • Sauter sur un pied pour ne pas perdre un orteil (idem)
  • Attendre qu’un semblant de client veuille bien pointer le bout de son nez.
  • Discuter avec Marie-Jeanne du stand d’à côté, celle qui fait des bougies aux formes suggestives.
  • Dépenser les 7 euros que tu viens de gagner en vin chaud au stand de Yves.

img189

Du coup, quand mon amie Clémentine m’a expliqué qu’elle organisait un marché de Noël chez elle et qu’il lui manquait encore quelques artisans, rien ne justifie que je me sois empressée de lui répondre « Trop d’la balle, baby. J’en suis ! ».

Sauf que.

Sauf que je  suis une personne ouverte d’esprit qui ne campe pas avec force et conviction sur ses positions. Et que cette fois, je dois bien reconnaître que j’ai été séduite. Voyez plutôt :

  • Son marché de Noël ne durera qu’une seule journée,
  • Je serai chez mon amie Clémentine dans son appartement chauffé
  • Je boirai du chocolat fumant en papotant avec mes copines
  • Je toucherai quelques liards en vendant mes dessins.

Ah. Mais c’est là qu’est l’os. C’est précisément au moment où j’ai énoncé ce dernier point que la réalité prosaïque de l’existence m’a rattrapée, avec toutes ces vissicitudes terre-à-terre. Si tu veux participer à un marché de Noël, il faut avoir des choses à vendre.CQFD.

Du coup, ni une ni deux, je me suis lancé un défi : réaliser différentes cartes de vœux en l’espace de seulement trois semaines.

Voilà pourquoi je passe mes jours et mes nuits penchée sur le papier, un pinceau à la main, la langue dépassant de ma bouche, preuve irréfutable que ma concentration est à son paroxysme.

img190

Je reviens vers vous avec mes modèles dès que je serai prête, cela va sans dire.

 

Illustratrice à seize heures

Le gagnant

13124680_1056909264388159_8952674721285752949_n

Après avoir attendu sagement dans mon nouveau joli bol, les petits papiers sur lesquels étaient consignés les noms des participants au concours ont été mélangés par la menotte de ma filleule Salomé, qui a compté jusqu’à 10 avant de piocher le gagnant.

13173686_1057222914356794_5795075116991289067_n

Il s’agit de Patrick Vranckx, l’homme parmi les illustres-illustratrices, avec qui j’ai passé de très beaux étés en Gaume. Nous étions alors extrêmement appliqués à réaliser des livres et c’est avec plaisir que je lui enverrai son dessin. Bravo, Patrick, car ta stratégie, consistant à inviter tes contacts à ne pas participer à mon concours afin d’augmenter tes maigres chances de gagner a opéré.

428319_250754625015539_258182950_n

Je tiens à tous vous remercier pour votre participation. C’est que je me suis bien amusée, moi 🙂

Illustratrice à seize heures

Concours

428319_250754625015539_258182950_n

Pour ceux et celles qui hantent Facebook, sachez que j’y propose un concours qui permettra de gagner cette aquarelle originale. Elle fait 10 cm sur 15 et il se pourrait qu’elle soit du plus grand effet dans votre intérieur. Le tirage au sort se fera ce jeudi 4 mai. Pour y participer, rendez-vous sur ma page (ICI). Et comme je ne voudrais pas vous léser, mes quelques fidèles qui restent irréductibles à Facebook, vous pouvez me préciser en commentaire que vous voulez participer.

Illustratrice à seize heures

Inktober – résumé – tome 1

Pour plus de clarté, j’ai décidé de vous faire part de ce que j’ai dessiné pour « Inktober » en trois fois. Inktober, c’est un défi : un dessin à l’encre chaque jour du mois d’octobre, sur un thème proposé. Aussi, les dessins doivent se faire sans aucun crayonné préalable. Ce qui est toujours un peu risqué mais peut aussi amener de bonnes surprises.

Jour 1 : Tonnerre

Quoi ?! Vous trouvez que mon dessin n’a aucun lien avec le thème ? C’est tout simplement parce que, le premier jour, Dieu fit en sorte que Nathaliochka ne comprenne pas toujours toutes les consignes. On dira que c’est mon « Cri de Munch revisité en strass et paillettes ». C’est glauque, ça claque, et c’est du tonnerre (Ah. Vous voyez qu’il y a un lien)

img065

Jour 2 : Equilibre précaire

Le thème est on ne peut mieux exploité. Il est ressenti, vécu. C’est parce que, le deuxième jour, Dieu fit en sorte que Nathaliochka ait la flemme et n’en touche pas une. Cela veut donc dire que le défi fut mis à rude épreuve dès le deuxième jour de son incarnation. Si là, il ne s’agit pas d’équilibre précaire, il faudra me dire de quoi il s’agit.

Jour 3 : Militant

« Un militant sachant militer est un bon militant ».

img066

Jour 4 : Sioux

Que dit un sioux-mâle à une sioux-femelle quand la nuit fut bonne mais aucunement reconductible ?

img067

Jour 5 : Nuit d’ivresse

Un chat et un hibou qui se bourrent la gueule, qui se pochetronnent à souhait, qui s’en jettent un p’tit dernier pour la route.

57175268_p

57175002_p

Jour 6 : Anges et démons

Là oui c’est vrai, je l’ai joué un peu glamour.

img068

Jour 9 : Et si on danse ?

Moi qui suis pourtant SA plus grande fan, je n’avais absolument pas saisi la référence à Gaston Lagaffe. J’ai cru que la phrase était mal traduite ou mal énoncée. Je suis donc partie sur « Et si on dansait ? » et je me suis éclatée !

img070

img069

Jour 10 : Skull

Comme j’ignore totalement ce que « Skull » veut dire (Comme disait mon prof de néerlandais : « Qu’est-ce que cela peut-il bien vouloir dire ? ») j’ai décidé de ne pas dessiner ce jour là. Pour ne pas risquer de me tromper, voyez-vous. (Et cela n’a strictement AUCUN rapport avec la soirée avinée de la veille)

Jour 11 : Octobre rose (à l’encre rose)

Woh c’est ultra girly de dessiner en rose ! Pour celui-là j’ai triché à mort, j’ai fait un crayonné (rose aussi) et j’ai encré par-dessus.

img072

Illustratrice à seize heures

Naissance d’un ange

En faisant dernièrement référence à Elsa (la chanteuse), je me suis rendu compte que j’avais oublié de publier le petit article que j’avais écrit il y a un mois pour la naissance d’Elsa (le bébé).

elsaok

Pendant neuf mois, nous l’avons attendue, avec tout le suspense et l’effervescence qui accompagnent le miracle de la vie.
Les derniers jours de la grossesse de Catherine ont été les plus longs. Chaque minute comptait. On la harcelait au téléphone et si elle ne répondait pas dans la minute, on enclenchait le plan « tam tam africain » en prévenant tout l’entourage de son départ vers l’hôpital. Nous avons dû envoyer 18 démentis. Parce que Catherine prenait un malin et sournois plaisir à ne pas nous répondre tout de suite.
Ce bébé cultive l’art de me contrarier, je le sens.
Quand je lui faisais des petits coucous en appuyant sur le ventre où elle avait élu domicile, elle ne me répondait jamais, allez savoir pourquoi. Catherine a sous-entendu qu’il était peut-être question d’une incompatibilité d’humour mais je me refuse à croire qu’un être humain n’apprécie pas cette qualité que je cultive.
Et puis, vexation ultime, elle a choisi le jour où j’étais partie en pèlerinage en Baie de Somme pour décider de venir au monde.
Ce jour là, j’étais dans une ferme et j’ai vu naître un veau. Un fort signe du destin. Il est tombé, tout flasque et tout gluant, sur un tas de paille après avoir sorti simultanément ses pattes de devant et son museau. J’ai envoyé un message à Catherine : « J’ai vu naître un veau » en me disant que ça pourrait peut-être encourager Elsa à en faire autant.
On a ri. Parce qu’il parait qu’on ne compare pas les veaux aux enfants.
C’est donc avec grande émotion que je vous annonce que notre « famille » s’agrandit. Bientôt, il faudra acheter un plus gros poulet rôti le dimanche midi…