Diététicienne

A Amsterdam

Quand ma sœur Adèle était petite, chaque jour à la sortie de l’école maternelle, nous lui demandions ce qu’elle avait fait la journée et, chaque jour, elle nous répondait sur un ton laconique et un brin supérieur : « J’ai peintulé » (genre : lâchez-moi les baskets avec vos questions, cela ne vous regarde pas et, de toute manière, vous ne pouvez pas comprendre).

Du coup, dans la famille, le verbe « peintuler » est devenu célèbre.

yasmeen-ismail

(Yasmeen Ismaïl) – Je peintule

louis-untermeyer

(Louis Untermeyer) – Je peintule aussi

trait

Cette année, en septembre, je me suis inscrite à l’Académie, en section peinture. Une nouvelle aventure pour moi.

brumes

(J’en profite pour vous présenter « brumes », ma première toile)

trait

Enfin, tout cela pour vous dire qu’hier, avec Mère (qui use aussi ses pinceaux (cliquez ICI) nous sommes parties en excursion à Amsterdam avec le cours de peinture.

Au programme : LE Maître des Maîtres, j’ai nommé : Rembrandt.

rembrandt« Rembrandt ?! Oui, c’est moi »

Avant de nous rendre chez José (Merde, c’est quoi encore, le prénom de Rembrandt ? Robert ? James ? Wim ?), nous avion le temps de nous promener un peu dans la ville, de déambuler parmi les canaux et la marijuana en vente libre.

canaux

marijuana

A peine avions-nous entamé notre visite de la ville que je remarquai un phénomène étrange : à chaque endroit où je posais le regard se trouvait DU GOUDA. Du gouda sous toutes ses formes (des roues de gouda, des goudas en tranches, des pointes de gouda) et sous toutes ses couleurs (du gouda aux orties, au paprika, au chili, à la noix de coco (là, pour le coup, je me sens moins prête psychologiquement)).

vitrine-gouda

Vous connaissez mon amour pour le gouda.

Il est tel que mes amis m’ont surnommée « Madame gouda » (« Et comment va Madame Gouda, aujourd’hui ? ») car j’en mange tous les jours depuis plus de vingt ans sans jamais rencontrer la moindre once de lassitude.

LE GOUDA C’EST LA VIE.

Et soudainement, je me retrouvais propulsée au milieu d’un peuple qui a bien compris ce précepte et qui en a fait son crédo.

UN PARADIS.

Mère, voyant que j’hyperventilais, m’a invitée à rentrer dans l’une de ses boutiques, où le gouda, Roi des Rois, est présenté comme un produit de luxe. Et c’est là que nous avons mangé une quiche au gouda et au jambon, parmi les étagères remplies de milliers de goudas scintillants.

boutique-gouda

Ensuite, je me suis acheté un fromage, pour revenir d’Amsterdam avec un petit souvenir. Là, j’ai pu étaler mes grands talents pour le bilinguisme.

bilingue

La vendeuse a précautionneusement recouvert mon fromage d’un joli ruban doré, puis elle l’a emballé dans son écrin : un joli sac pour le transporter.

sac-goudamusee-du-gouda(Le Musée du gouda ? Ce sera pour une prochaine fois. Là, je dois rendre visite à Raoul Rembrandt)

trait

Vous vous dites certainement que cet article est non seulement inintéressant, mais qu’en plus, il dévoile les intérêts d’un être qui possède un système interne de pondération des valeurs largement défectueux. Cette fille se rend à Amsterdam, dans la maison où a vécu Jean-Claude Rembrandt et dans laquelle il a peint les plus grands chefs d’œuvre de la peinture (qu’elle peut mirer à sa guise) et tout ce qu’elle retient de sa journée, c’est qu’il y a du gouda a chaque coin de rue.

Je vous répondrai deux choses :

D’abord je citerai France Gall qui a dit (deux points, ouvrez les guillemets) : « Le gouda, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup ».

Et enfin, je vous déclarerai que, quand on sait que la question que se posait ma prof de peinture lors de la visite de la chambre de Rembrandt c’était « Tu penses qu’ils ont changé les draps du lit ? » en appuyant discrètement un doigt sur les couvertures, il ne faut plus s’étonner de rien.

Moi, je dis ça, je ne dis rien.

rembrandt-2« Sur ma liste de courses j’ai noté du gouda. Signé : Auguste Rembrandt »

Diététicienne

Je ne pèse personne.

Hier matin, je me suis pesée, juste histoire de vérifier si ma récente rechute lors de ma cure de désintoxication aux Dinosaurus avait fait ou non basculer l’aiguille dans la zone critique (red zone).

Comme j’avais laissé traîner ma balance au milieu du salon, j’ai trébuché dedans.

Caro était installée dans mon canapé et elle m’expliquait à quel point sa collègue danse bizarrement lorsqu’elle m’a vue faire ce vol plané spectaculaire avec demi-tour sur moi-même. Cette figure libre improvisée m’a propulsée contre le pied de ma lampe halogène, qui a basculé sur mon bureau, faisant choir mon pot de marqueurs sur ma tasse d’eau de rinçage des pinceaux, qui s’est vidée sur mon imprimante.

Tout cela pour vous dire que je ne me pèserai plus. C’est bien trop risqué.

Diététicienne

Make a Wich-wach

Parce que cela pourrait très bien être considéré comme un secret honteux, je ne vous avais pas encore annoncé que je me suis inscrite chez Wich-wach il y a deux mois environ.

Vous ne connaissez pas Wich-wach ???

Mais si ! Il s’agit de l’équivalent des AA, mais pour « les personnes en surpoids » (traduisez les grosses, les obèses et les lionnes de mer). Weight Watchers, si vous préférez. Mais c’est vachement difficile à prononcer.

Wich-Wach, c’est un peu comme une secte dans laquelle on vous endoctrine à coups de fruits et légumes. Une petite société qui a ses règles et ses codes. Un microcosme.

images3

Parmi ces rouages, il y a le système de récompense, qui fonctionne fortement avec moi vous l’aurez compris, vous qui me connaissez de longue date.

Et parmi ces récompenses il y a l’étoile.

Je dirais en résumé, et pour palier aux lacunes des non initiés, que chaque fois que l’on perd trois kilos, on reçoit une étoile. Et même si je déplore que les autres participantes n’applaudissent pas, elles sont très enthousiastes, voire très jalouses. Puisqu’il s’agit d’un milieu féminin (les hommes ne sont jamais ni gros, ni obèses, ni phoques des rivages : ils sont juste costauds, traduisez par « puissants et virils »), les autres femmes te disent « Waw, c’est génial, quelle chance, tu as perdu trois kilos ! », mais en réalité tu sais qu’elles pensent « Quelle pouffiasse celle-là, je suis sûre qu’elle vire anorexique » et ça, c’est trop cool.

Toujours est-il que la semaine passée, j’ai cru que j’aurais mon étoile.

Mais la bénévole qui s’occupe de la pesée (je suis au regret de vous dire que cela s’intitule vraiment ainsi) a chicané. Elle a regardé ma fiche et elle a dit, devant tout le monde : « Ah non, hein. Elle doit encore perdre 300 grammes ». J’ai donc répondu du tac au tac, sans me laisser abattre ni impressionner ni humilier que je la décrocherais la semaine prochaine.

Une gagnante, je suis. Une battante. Une warrior de la perte de poids.

En rentrant chez moi, j’ai mangé un gâteau pour me donner du courage. Ma sœur Mathilde m’a dit qu’elle me trouvait incohérente. Je lui ai répliqué, la bouche pleine de pépites de chocolat : « Je revendique mon droit à l’incohérence ». C’est la phrase d’un grand Philosophe que j’aime beaucoup et que je ressers souvent car elle m’est très utile.

Mais le problème, c’est que la semaine prochaine, c’est jeudi. C’est fou ce que ça passe vite, une semaine.

C’est pour cette raison que j’observe mon bac de glace Fermette à la vanille du coin de l’œil sans en manger une seule cuillerée. C’est que j’ai de l’amour propre, moi, Madame. Et le sens du challenge.

(Ah oui, je suis désolée de l’image qui va suivre, mais quand j’ai cherché une image d’étoile sur internet, je suis tombée là-dessus et cela m’a semblé fort à propos, même si de très mauvais goût, je vous l’accorde).

3197222523_1_2_mKbmNr4X

Diététicienne

Encore un matin.

Il y a eu la première nuit dans le nouvel appartement. C’est toujours un événement particulier, la première nuit dans un nouvel appartement. On découvre de nouveaux bruits. Le frigo qui ronronne. Babette la chouette qui hulule si sinistrement qu’on aurait envie de lui jeter une pierre pour mettre fin à ses peines, par pur altruisme. Henriette la gouttelette qui tombe de la corniche avec une régularité qui mettrait les nerfs du Dalaï Lama à rude épreuve.

J’ai dormi. Un peu. Très peu. Trop peu.

Mais très décidée à ne pas céder l’avantage à Babette et Heriette, je comptais sur une délicieuse grasse matinée pour rattraper les heures creuses de cette minuscule première nuit.

C’est alors que ma sœur entra dans ma chambre, franc battant.

Un regard inquiet vers mon réveil m’annonça qu’il était sept heures. Un dimanche matin.

Elle tenait un papier dans la main.

Elle s’approcha de mon lit à une vitesse fulgurante, se planta devant en annonçant : « On commence un régime aujourd’hui. Voilà ta feuille de route ». Et elle me tendit un papier rose sur lequel elle avait écrit tout ce que j’avais le droit de manger, et à quelle période de la journée.

Non contente de son effet, elle m’intima de me lever, afin de procéder à ma pesée.

Une fois qu’elle eut noté un nombre angoissant dans un carnet, elle commença à prendre des mesures de mon ventre, mes bras, mes cuisses.

C’est comme ça que je me retrouvai, un dimanche matin, plantée en culotte au milieu de mon salon, à me faire entourer d’un mètre ruban glacé, tenant une bien triste feuille rose en main.

C’est là que je pensai « La malédiction des voisins s’est étendue jusqu’à moi ».

Mais je n’osai en toucher un mot à la voisine en question. Car il s’agit tout de même de ma sœur, voyez-vous.