Blogueuse et artiste

Faudrait pas croire.

« Faudrait pas croire », c’est une chanson d’Elsa. Mais je crois que moi seule connais cette référence car oui, je l’assume complètement, j’ai beaucoup écouté cette chanteuse dans ma prime jeunesse. Mais que cela ne nous éloigne pas du sujet qui nous occupe aujourd’hui : l’avancée de mon chantier. Et cette fois je ne vous parle pas des ouvriers flamands musclés qui réparent mon toit, mais bien de mon chantier personnel, mon album jeunesse.

20150611_174909

Faudrait pas croire.

Faudrait pas croire que je procrastine. Que je me dis chaque lundi (jour dévoué au dessin) que c’est dommage qu’à la place de dessiner j’aie (au choix ou en cumul) :

– retouché le vernis orange Coco Chanel qui s’écaille sur mes orteils

– décidé de m’attaquer à la vaisselle mensuelle

– découpé les morceaux de phrases que j’aime bien dans Glamour pour les coller dans un carnet en y mettant un titre racoleur

img033

– réfléchi à une liste des choses que je fais et qui seraient les plus inutiles du Monde-Entier.

Non, faudrait pas croire.

Car il m’arrive aussi de travailler. Et d’ailleurs j’ai trouvé deux personnages, librement inspirés de mes deux plus jeunes filleuls. Mon projet avance donc. Un peu. Lentement très lentement mais avance quand-même.

Et comme dirait le Prophète : « Qui va lentement va sûrement », ou « Petit à petit l’oiseau fait son nid ». Il dit aussi « Nul n’est prophète en son pays », mais ça, je soupçonne que ce soit une excuse qu’il nous ressorte à tout bout de champ afin de pouvoir (justement) procrastiner. Quel flemmard, ce Prophète. Pas comme moi.

img030

img029

img031

Blogueuse et artiste

Projet de livre pour enfants.

L’année 2015 sera l’année de mon premier livre ou ne sera pas.

Voilà la raison pour laquelle je ne suis plus très présente sur ce blog : je TRAVAILLE. (Oui, cela en surprendra plus d’un, je sais). Pour vous prouver que je ne vous oublie pas, voici quelques avancées de mes recherches.

img114

img118

img119img120

img121

img117

Blogueuse et artiste

Mon interview pour Angoulême.

Bonjour à toutes et à tous !

L’interview de Nathaliochka pour Angoulême est publiée. Cliquez sur la haka ici bas pour la lire.

img100Attention, mettre un « J’aime » au-dessus de l’article n’est pas considéré comme un vote. Je crois que pas mal de monde s’est trompé. Pour voter, cliquez sur sa tête de sauvage et cochez le cœur situé en face de son doux prénom. Et c’est une action à poser une fois par jour, il va sans dire.

 

img064

 

Blogueuse et artiste

Panne d’inspiration.

Les 30 blogs participant au concours « Révélation blog » sont invités  à créer des notes sur le thème « Sauvage »…

img067

Pour voter pour Nathaliochka (c’est marrant, j’ai l’impression d’être un peu schizo, avec cette tournure de phrase) , cliquez sur mon joyeux bordel là en bas, puis sur le cœur en face de moi. Et n’oubliez pas que vous pouvez voter une fois par jour jusqu’au 5 janvier.

20141204_113805

Blogueuse et artiste

Une révélation.

bannière sauvage« Sacrée Nathaliochka » a été sélectionné parmi 30 blogs pour concourir à la « Révélation blog 2015 ». Il s’agit d’un concours organisé par le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême qui a pour but de mettre en lumière le travail de quelques artistes qui s’expriment via le support blog. A la clé : être invité à Angoulême, y faire des rencontres professionnelles, y picoler à l’œil lors d’une grande fête et avoir la possibilité de publier une première bande dessinée.

Emplie de cette rage de vaincre qui me caractérise si bien, j’ai eu la brillante idée de changer la bannière de mon blog pendant la durée du concours et de l’adapter au thème : Sauvage. Mais puisque l’informatique et moi nous faisons deux, ma bannière est trop grande et n’apparait pas en entier, ce qui est assez dommage, vous en conviendrez. Mais faisons fi de ces petits problèmes techniques et concentrons-nous sur l’essentiel : vous inviter à voter pour moi. Vous pouvez le faire jusqu’au 5 janvier, et ce une fois par jour.

A à ce stade de la compétition, je compte beaucoup sur ma légendaire notoriété. Donc si vous voulez voter pour moi, cliquez sur mes peintures de guerre, puis sur le cœur qui se trouve en face de moi. Ounga bounga.

 

img064

Blogueuse et artiste

La sauvage en moi.

« Révélation blog » est un concours émanant du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême et qui récompense chaque année un illustrateur issu du monde du blog en lui permettant d’éditer sa première bande dessinée. Autant dire que ce genre d’expérience me réjouirait. D’abord, 30 blogs seront retenus et puis, enfin, un ultime gagnant.

C’est dans ce cadre que les articles qui vont suivre vont explorer le thème de la Révélation blog de cette année, c’est-à-dire le thème « sauvage ».

Alors voilà, j’ai pensé qu’il serait bon que chaque habitant de ce blog écrive un petit article autour de la question « Quel est le côté sauvage en vous ? ».

A vos dissertations.

Et je commencerai par moi, afin de vous montrer que je suis de bonne composition.

 

img050

 

 

 

img051

Blogueuse et artiste

Le cinquième jour

Le cinquième jour, quelques rescapés du vol 815 réussirent enfin à faire sauter cette putain de trappe mystérieuse à coup de dynamite (non sans avoir vu l’un des leurs se faire exploser en lambeaux de chair répugnants). Il était temps. Nos héros découvrirent un bunker secret qui abritait – tenez-vous bien : un ordinateur. Les bras m’en tombèrent.

Le cinquième jour, je me dis que si même des naufragés sur une île déserte avaient accès à un ordinateur, alors ma solitude n’avait plus de limites.

cri

Blogueuse et artiste

Le quatrième jour

Le quatrième jour, j’eus l’idée d’un test psychologique que j’aurais pu, si je n’avais pas découvert la série dix ans trop tard, soumettre à Vogue ou à Cosmopolitan : « Etes-vous plutôt Jack ou plutôt Sawyer ? ». Entre les lignes, êtes-vous plutôt branchée héros ou bad boy ? Je mourais d’envie de soumettre mon test à Marie-Cécile. Mais sans Facebook ce n’était pas possible. Je décidai de me rabattre sur mes colocataires.

6bis

Le quatrième jour, je constatai avec amertume qu’il est infructueux de parler de beaux mecs avec un rat d’égouts.