Publié dans Célibattante

Conseils pour les célibataires en recherche d’activités

Hier, je vous expliquais ce qu’est un PEH, autrement dit : un Plan d’Elargissement d’Horizon pour les célibataires au bout du scotch  dynamiques.

Aujourd’hui, dans ma grande mansuétude, je vous prodigue quelques conseils afin de les mener au mieux.


 

Petit a : Évitez les passions qui ne conviennent majoritairement qu’à un seul sexe.

Les filles : oubliez ce stage de scrapbooking pour lequel vous hésitez. Il n’y aura aucun homme inscrit et, s’il y en a un, c’est peine perdue, je vous le dis tout de suite.

YMCA

« Je crois que je vais coller quelques paillettes autour des photos de mes nouveaux amis »

Petit b : Restez réalistes.

Les hommes : Si peu de femmes s’inscrivent à des initiations à la mécanique et à la carrosserie (voir point 1), il est plus que probable qu’elles ne véhiculent pas le fantasme escompté.

femme et décapotable

« M’enfin, tu rêves, Raymond ! »

Petit c : Ciblez.

Si vous vous fantasmez sur les hommes qui portent des sarouels et des chaussons en laine bouillie, dirigez-vous vers le bien-être, ou versez carrément dans le new-age. Optez par exemple pour la cuisine des plantes sauvages, le yoga transcendental, la lévitation. Inscrivez-vous à une conférence sur les sept clés de l’Ouverture du Soi ou allez vous promener ce dimanche au Salon des pierres et des cristaux.

Si par contre, ce sont les mecs en polo Lacoste qui vous branchent, optez pour quelques cours de golf.

golfeur

« Les hautes chaussettes jaunes : LE fashion faux-pas du moment »

Petit d : Suivez une de vos connaissances dans un de ses domaines de prédilection.

Vous vous sentirez moins seul et c’est avec plus d’assurance que vous ferez vos premiers pas dans ce bal folk ou cette initiation à la cuisine moléculaire.

Attention tout de même à ne pas rester scotché à l’ami en question. A deux, on se sent mieux pour aller vers l’inconnu, mais on à tendance à prendre moins d’initiatives. Pensez à demander à ce beau brun là-bas dans le fond s’il peut vous montrer comment danser la gigue.

danseurs

« Plus simple que ça, tu meurs, Poulette »

Petit e : Veillez à votre budget.

N’investissez pas un millier d’euros dans une tenue de patinage artistique si vous pressentez qu’après la troisième mi-temps vous rentrerez chez vous, dégoûtée à tout jamais de la notion même de sport.

89f3c514c857098dfd66631c65210697

« Ne me lâche pas, Connard »

Petit f : Faites d’une pierre deux coups en vous inscrivant à une activité qui peut vous être utile au quotidien.

niche chien

« J’ai fabriqué une niche pour mon chien imaginaire à mon cours d’ébénisterie »

Publié dans Célibattante

(Tenter de) sortir du célibat

Tout célibataire bien armé dans la vie se doit de connaître (et d’appliquer) ce que je nomme communément le P.E.H.(Plan d’Elargissement d’Horizon).

A l’ère où employer des acronymes est devenu monnaie courante, avouez que s’adonner à un « PEH », ça claque, ça envoie du bois et cette appellation a tout à fait sa place dans le paysage moderne et urbain.

Mais qu’est-ce qu’est exactement un PEH ? me demanderez-vous fort à propos.

Un PEH, c’est : sortir de chez soi au lieu de larver en pantoufles dans un canapé défoncé, un plaid sur les genoux.
Mais pas sortir de chez soi pour aller s’acheter un paquet de clopes ou de chips au paprika, non. Ni sortir de chez soi pour aller s’adonner à son activité préférée, d’ailleurs.
C’est s’éloigner de chez soi pour sortir de sa zone de confort (canapé et biscuits au chocolat), prendre un peu de risque et  élargir des horizons parfois trop étriqués (canapé et biscuits au chocolat).

célibataire ennui

« Je suis célibataire mais je ne m’ennuie jamais »

Entamer un Plan d’Elargissement d’Horizon, c’est s’inscrire à une activité à laquelle nous ne nous serions pas rendus de notre plein gré.

En agissant de la sorte, nous agrandissons notre champ de vision, nous œuvrons à devenir une personne ouverte d’esprit un peu touche-à-tout (« Bien-sûr que j’ai déjà fait du curling »).

Un PEH contribue surtout à faire de nouvelles connaissances (Il parait que commencer un PEH en participant à une activité organisée par l’équipe masculine de rugby peut s’avérer tout à fait bénéfique).

zZKGm

« Dieu du ciel ! Mais votre balle est ovale ?! » (Chat-balle : ok, je sors)

Ne nous leurrons pas et cessons de tourner autour du pot : un PEH a pour objectif d’éventuellement faire LA rencontre fatidique.
Rencontrer celui ou celle qui fera chavirer votre cœur dans un stage de poterie ou de macramé.

GHOST10

« Tu rêves, Marcelline »

Le souci, c’est que vous n’aurez pas forcément en commun la passion de votre élu(e).

A moins que vous n’ayez eu une véritable révélation lors de cette journée d’initiation à la philatélie.

François_Barraud_-_Le_Philateliste

« Je pense qu’on l’a en double, celui-là, mon chéri »


A venir sur ce blog : quelques conseils pour un PEH réussi, quelques idées créatives pour se bouger les miches et, bien entendu, le récit de mes propres PEH.

Publié dans En pleine forme physique et mentale

Troubles de l’attention – TDA

Par une belle matinée ensoleillée (non je déconne), Mère et moi promenions Happy-le-chien dans la forêt en discutant de ma propension à la procrastination (quelle belle tournure de phrase) quand elle décréta : « Tu sais, Natha, je me demande si tu ne souffres pas de troubles de l’attention ». Comme je manquais de m’étouffer de surprise, elle ajouta « Mais c’est vrai ! Tu te moques, parce que c’est super à la mode, mais à l’époque de ton enfance on ne parlait pas de tout ça ». Elle ajouta aussi : « Je crois que ton cerveau ne fonctionne pas comme celui des autres. Et si tu souffres d’un TDA, c’est prouvé, tu n’y peux rien, ce n’est pas de ta faute : c’est physiologique. »

Qui reculerait devant une explication scientifique justifiant sa paresse ?

En tout cas pas moi.

Je lui répondis donc qu’il était vraisemblable que je souffre de ce mystérieux trouble. Je résumai la situation. « Donc, si je mange des galettes au chocolat en regardant les arbres à la fenêtre au lieu de dessiner, c’est tout simplement parce que mon cerveau ne supporte pas de se fixer plus de 20 minutes sur la même activité, et que je n’y peux rien parce que je suis victime d’une maladie ? ».

Voici ce que Mère a répondu : « Il faut toujours que tu exagères, Natha ».

Alors là, j’avoue que je ne comprends pas. Je souffre d’une grave maladie, ou pas ? Il faudrait savoir.

Pour en avoir  le cœur net, je ne suis renseignée un peu sur internet.

Eh bien, il se fait existe des troubles de l’attention SANS hyperactivité.

Je pense que je fais partie de cette dernière catégorie.

J’ai bien dit : « Je pense ».

A moins que le H ne signifie « Hyperinactivité » ?

C’est ça.

Je souffre de Troubles de l’Attention avec Hyperinactivité ».

glande du dimanche

Publié dans Fée du logis

Home-and-dog-and-cat sitter

 

grisou

 

Très chère Mère,

 

Je sais (enfin je crois) que tes intentions étaient bonnes quand tu m’as proposé de garder ta maison et tes animaux pendant que tu crapahutais dans les montagnes. C’est vrai, quoi. Je passe d’un studio à une maison avec jardin, étangs et piscine. Je peux même découvrir certaines merveilles de technologie que je ne connaissais pas : le lave-vaisselle (une des plus belles inventions de tous les temps) et la télévision (regarder des épisodes des Experts en mangeant de la Häagen-Dazs à même le pot, ça le fait bien)

Mais cette responsabilité, qui peut sembler alléchante à priori, draine avec elle son lot de tracas.

Voici un petit résumé de ce qu’il s’est passé ici durant ton absence :

Lire la suite de « Home-and-dog-and-cat sitter »

Publié dans Persécutée par les animaux

Un seul chat vous manque…

Une fois n’est pas coutume, c’est une triste nouvelle que je vais vous annoncer aujourd’hui, le cœur serré.

Dudulle, le héros de ce blog, va s’éteindre ce soir. Il va partir au Paradis des chats où, parait-il, on distribue les croquettes à foison et le mou pour chat à volonté. Un Royaume où l’on peut pisser tranquillement et chier à loisir, sans se faire enguirlander.

Quand il rentrera du travail, Matthieu ne pourra plus lui dire sa phrase préférée : « Alors, ça a été, ta journée de glande ? ». Il ne pourra plus plonger sa main dans ce pelage soyeux qui s’envole et va se ficher dans tous les coussins.

Et tant d’autres choses encore.

Mais je suis certaine que de là-haut, il gardera un œil attendri sur Matthieu-son-Maître, et qu’il nous enverra un ronronnement, preuve irréfutable qu’il est bien arrivé et que nous n’avons plus à nous en faire pour lui.

Dors en paix, mon Dudulle, toi qui as toujours vénéré cette activité…

dudulle (1)


Cliquez sur les images pour évoquer quelques souvenirs.

dudulle

De l’utilité des chats

55398718_p

Des nouvelles de Dudulle

Publié dans As du volant

Petite intervention chirurgicale

Tel « L’homme qu tombe à pic », Père est arrivé avec sa clé à molette. Comme il devait se coucher sous la voiture mais qu’il pleuvait toujours à seaux, il m’a demandé si je pouvais lui trouver une vieille couverture. Je lui ai donné celle de Happy-le-chien.

Seulement, Happy-le-chien se demandait pourquoi je prêtais sa si importante loque en charpie couverture. Donc, il est venu inspecter.

Le tableau était le suivant : Belle-Maman et moi, nous nous tenions bien à l’abri sous un grand parapluie et (telles des ouvriers communaux) nous observions Père qui s’était glissé sous la voiture et qui ne pouvait pas empêcher Happy-le-chien de lui lécher la figure. De temps en temps, il disait : « Ciseaux » ou « Scalpel » en faisant ressortir sa main de sous la Queen. Nous lui tendions alors les bouts de ficelle dont il avait besoin pour rattacher les pièces qui s’étaient échappées de là-dessous.

Quand il a eu terminé, il s’est relevé tant bien que mal. Courbaturé et trempé par la pluie, il a déclaré : « Et dire que je pensais avoir un jour la paix ».

J’ai eu la vague impression que cette phrase s’adressait à moi et concernait toutes les situation abracadabrantes dans lesquelles j’ai dû le plonger depuis le jour de ma naissance. Mais je n’en suis pas certaine.

Publié dans As du volant

La première fois que je suis tombée en panne

Cela s’est passé comme ça. Je rentrais de ma répétition de théâtre et je chantais avec allégresse « Solide comme un roc » en conduisant ma Queen Elisabeth quand j’ai ouï un bruit. Mais comprenez-moi bien : un bruit qui n’était ni la voix suave de Nadiya ni la pétarade habituelle de ma voiture. Un bruit suspect.

gastonmobile

Je décidai de me ranger sur le bas côté afin de vérifier ce qui clochait. C’était on ne peut plus clair : le pot d’échappement portait bien son nom : il s’était échappé. Enfin, en partie. Il raclait le sol, ce qui expliquait le bruit métallique assourdissant.

J’hésitai. Le mieux aurait été de la laisser là afin de ne pas continuer à rouler en traînant sous moi un morceau de carcasse. Je n’étais qu’à quelques kilomètres de la maison mais il faisait nuit, il pleuvait comme vache qui pisse et j’étais en rase campagne. L’option de rentrer à pieds, je la sentais moyen-moyen.

Ce n’est pas grave, me suis-je dit. Je n’ai qu’à jouer mon joker « appel à un ami ». Après tout, à quoi servirait d’avoir des amis si on ne peut pas les faire sortir de chez eux en pyjama pour venir nous chercher sous la pluie au beau milieu des champs de fraises ? Seulement, comme vous vous en doutez déjà, je n’avais PAS pris mon téléphone avec moi. Sinon, ça aurait été trop simple, voyez-vous.

J’ai donc pris la seule option qui s’offrait à moi : continuer à conduire le plus lentement et le plus prudemment possible jusqu’à la maison de Mère (car je fais actuellement du home-and-dog-and-cat-and-garden-sitting, ce qui sera certainement le sujet d’articles suivants).

Comme j’étais perturbée émotionnellement par cette traversée bruyante, je sonnai chez Alain-le-voisin pour lui demander conseil.

En guise de conseil, Alain-le-voisin m’effraya. Il me dit : « On mais ça, c’est une dépanneuse qu’il te faut. » Puis il me dit des choses encore plus effrayantes comme : « Tu es assurée ? Tu as droit à une assistance ? » (Alain-le-voisin est banquier). Je lui ai répondu un « Euh… » extrêmement laconique. Sur quoi il a ajouté : « Ça va être très cher, Nathaliochka ».

Je suis rentrée chez moi. Un peu hébétée, j’ai appelé Père pour lui faire part de mon problème. Il m’a dit : « Je vais venir demain matin. Je vais réfléchir à ce qu’il faut faire. On va essayer de trouver une solution pour remorquer la Queen. En attendant, la nuit porte conseil. »

Rassurée, je suis montée me coucher.

Et là, je me suis dit : « En fait, peut-être que ma voiture a envie de faire un tour en voiture. C’est vrai, quoi. Pourquoi, sous prétexte qu’elle en est une, elle ne pourrait pas en faire? » .

Je me suis endormie, bien décidée à faire ce plaisir à la Queen Elisabeth.

remorqueuse

Légende : « Allez, la Queen ! En voiture, Simone ! »


Cet article fait suite à une série d’autres sur le thème de « devenir une vraie païlote  »